E-CUBE Strategy Consultants

Le cabinet de conseil de Direction Générale
exclusivement dédié aux enjeux
Energie, Mobilité et Infrastructures

 

Nouvelle étude ADEME réalisée par E-CUBE et le CEREN : Potentiel d’effacement de consommation en France dans l’Industrie et le tertiaire

28 septembre 2017
electricite

Cette étude, réalisée pour l’ADEME par E-CUBE Strategy Consultants et le CEREN, peut être consultée sur cette page.

Le développement de l’effacement dans les secteurs industriels et tertiaires répond à un double enjeu :

  • Pour le système électrique, il répond au besoin de développement de la flexibilité du système électrique et de la maîtrise de la pointe ;
  • Pour les entreprises, il représente une opportunité de diversification des revenus et d’amélioration de leur performance énergétique.

Cette étude a ainsi pour objectif principal de caractériser et d’évaluer le potentiel d’effacement dans l’industrie et le tertiaire1 en France métropolitaine en apportant des éléments à la fois qualitatifs (sur les usages effaçables, les contraintes techniques et économiques associées, …) et quantitatifs. L’étude vise aussi à apporter un éclairage sur les différents mécanismes de valorisation des effacements existants et en développement en France et compare le contexte français au contexte de quelques pays étrangers.

Sur la base des travaux réalisés, le gisement technique2 d’effacement par modulation de process (pour des effacements de courte durée3) est estimé entre 6,5 à 9,5 GW en cumulé pour l’industrie et les secteurs du tertiaire analysés. Il est principalement concentré sur l’industrie (~70% du gisement technique soit ~4,5 à 6,5 GW) et en particulier sur 4 secteurs (métallurgie, mécanique, chimie et industrie du papier) qui représentent à eux seuls les 3/4 du gisement technique industriel. Les secteurs tertiaires analysés représentant un potentiel global plus faible (~2 à 3 GW pour des courtes durées, soit ~30% du gisement technique), principalement concentré sur les bureaux et le grand commerce alimentaire. Sur un gisement technique industriel estimé à ~4,5 à 6,5 GW, 40% du gisement est constitué d’usages thermiques (fours principalement) et ~30% d’usages « moteurs » (broyage, laminage, air comprimé, …). Les usages thermiques (froid, chauffage et climatisation) représentent quant à eux aussi ~40% du gisement technique des secteurs tertiaires étudiés. Si le gisement technique estimé est important (> 6 GW), le gisement technico-économique4 dépend quant à lui du niveau de rémunération accessible et est plus limité. Les capacités accessibles sont estimées entre ~1,5 et ~3,6 GW pour des rémunérations de ~30€/kW/an ou inférieur et entre ~2 et ~5 GW pour des rémunérations de ~60€/kW/an ou inférieure. Les capacités constituant le gisement le plus accessible économiquement sont principalement concentrées sur les secteurs de la métallurgie, la chimie et l’industrie du papier. A l’inverse, le gisement représenté par les secteurs « diffus » (tertiaires petits sites ou petite industrie) sont estimés comme majoritairement accessible pour des rémunérations élevées, supérieures à 60 €/kW/an.

Les principales barrières au développement de capacités additionnelles d’effacement sont aujourd’hui principalement économiques et organisationnelles5; les freins réglementaires et techniques résiduels sont aujourd’hui relativement limités. En effet, d’un point de vue réglementaire, de nombreux mécanismes intégrant les effacements de consommation ont été développés, améliorés et existent aujourd’hui en France pour gérer l’équilibre offre/demande du système électrique aux différents horizons de temps. L’analyse de benchmark réalisée sur le développement des effacements à l’international démontre par ailleurs un cadre réglementaire français globalement bien avancé par rapport aux autres pays étudiés (Royaume-Uni, Japon et Etats Unis (Nord-Est et Californie)).

De premières pistes d’actions, principalement non techniques, pourraient permettre de diminuer ou lever certaines barrières au développement : intensifier la communication et la sensibilisation des consommateurs au sujet « effacement », favoriser, dans le secteur tertiaire en particulier, une démarche de mutualisation des investissements en incitant lors des rénovations ou nouvelles constructions à rendre les sites « smart grid ready », apporter plus de stabilité et de visibilité dans les règles / mécanismes de valorisation des effacements, ….